La médecine douce, qu’est-ce que c’est ?

Depuis des siècles durant, la médecine douce a déjà connu sa valeur. Aujourd’hui, cette pratique n’est pas délaissée malgré le fait que les scientifiques remettent en question quelques types de médecines douces. D’ailleurs, les huiles essentielles, les thés, les infusions pour maigrir, dormir etc… envahissent le marché. Mais que savons-nous vraiment de la médecine douce? Cette médecine connaît des spécificités et la médecine à adopter dépend du problème à résoudre.

La médecine douce : qu’est ce que c’est?

On entend un peu partout le terme de médecine douce. Si il faut donner une définition à la médecine douce, que peut on dire? Comme son nom l’indique, c’est une médecine mais qui n’est pas issue de la médecine occidentale utilisant les médicaments classiques et non plus nécessitant la chirurgie. C’est ainsi une médecine alternative aux traitements médicamenteux contre la douleur. Le terme « douce » peut signifier qu’on n’utilise pas de procédé compliqué et dur, mais dire qu’il y a une innocuité absolue serait mentir. La médecine douce n’est pas sans faille car une consommation abusive peut être dangereuse autant que les manipulations. Néanmoins, elle est un accompagnement durable en fonction du choix de la médecine et des problèmes à résoudre. Généralement basée sur l’utilisation de moyens naturels tel que la phytothérapie, l’homéopathie, l’acupuncture… , la médecine douce consiste à remédier aux déficits ou compléter les manques sans recourir aux produits pharmaceutiques.

Quelle médecine douce choisir?

Les asiatiques sont les plus connus pour ces méthodes tels que les massages, les infusions, les thé, la méditation etc… La médecine douce connaît plus de 400 pratiques différentes.Mais qu’est ce qui est fiable et efficace? La fiabilité et l’efficacité de la médecine sont basées sur le genre de problème du malade. À chaque type de maladie correspond une médecine. Le premier choix à faire est donc d’avoir les pieds sur terre. Si la question est d’ordre physique, le recours à l’ostéopathie,  ou à l’acupuncture est conseillé. Mais dans ce cas, il faut s’attendre à se faire toucher. Pour une demande de détente, d’apaisement, se pencher vers le spirituel tel le yoga, la méditation est ce qu’il y a de mieux. Ces pratiques datent de plusieurs années qui s’appliquent sur l’énergie vitale.

Les limites de la médecine douce

Les médecins et pharmaciens ont posé des limites au recours à cette médecine vis à vis du souci sur son aspect scientifique. Les plantes à l’état brut ne sont pas fiables. Elles peuvent créer des troubles dans certains organes et en fonction des personnes. C’est le cas le plus souvent de la contraction de l’insuffisance rénale. Les infusions, les thés peuvent en être responsable. D’ailleurs, la médecine douce ne peut pas prétendre guérir le cancer mais uniquement la soulager. Il est recommandé de consulter un médecin avant toute décision de recourir à la médecine douce.

Cure thermale : est-ce que les mutuelles prennent en charge suivant les pathologies ?
Rentrée des enfants : quels sont les bilans ou examens à leur faire faire ?